Les bienfaits du yoga pour les coureurs

YOGA COUREUR

Par Marie-Claude Santerre

Bien que la course soit un sport fantastique, elle peut tout de même créer des tensions importantes au niveau des muscles impliqués (ischio-jambiers, quadriceps, fessiers, mollets, abdominaux, dorsaux et épaules).

Le yoga, de par les différents éléments contenus dans une même classe, est l’allié par excellence de tout coureur ou sportif. En effet, même si la course entraine une multitude d’effets positifs, elle n’en demeure pas moins une activité qui ne sollicite pas le corps dans l’ensemble de ses mouvements. Lorsque nous courons, nous ne faisons que très peu de mouvements impliquant nos membres supérieurs, même s’ils sont primordiaux dans l’atteinte d’une bonne technique de course.

Afin d’augmenter la force de nos membres inférieurs et supérieurs, le renforcement des muscles de notre unité centrale (le CORE) est essentiel. Dans la pratique du yoga, nous nous assurons de maintenir un engagement des muscles de l’unité centrale d’où nous puisons notre force et notre énergie pour entrer et sortir de nos différentes postures avec fluidité et légèreté.

Le yoga, parce qu’il se pratique pieds nus, en contact direct avec le sol, développe nos propriocepteurs, ce qui est très utile si l’on s’entraîne en sentier ou sur des terrains irréguliers. Lorsque nos propriocepteurs sont endormis, les risques sont plus élevés de se torde une cheville sur une branche, une racine ou sur la surface glacée de la chaussée, car nos réflexes s’en trouvent diminués.

En yoga du coureur, les différentes postures que nous privilégierons seront celles qui favorisent l’ouverture des hanches et l’étirement des muscles des jambes raccourcis et durcis par les mouvements répétitifs engendrés par la course à pied. Peut-être connaissez-vous des coureurs d’expérience, complétant de longues distances, mais étant difficilement capables de rejoindre leurs chaussures pour en attacher les lacets !

Nous privilégierons également les postures favorisant l’ouverture des épaules et de la cage thoracique, améliorant grandement notre posture tout comme notre respiration. De plus, en ce qui a trait à la respiration, en apprenant à la comprendre et à la contrôler, nous pouvons agir à différents niveaux tels que notre état émotionnel, notre concentration et la circulation de l’énergie dans notre corps. Lors d’un effort physique, tôt ou tard, un effet d’essoufflement apparait. Afin d’éviter certains malaises créés par un manque d’oxygène, vous avez tout intérêt à bien savoir respirer en courant !

Nous le savons, comme coureurs, nous pouvons être assez exigeants et même dures envers nous-mêmes et envers notre corps. Le yoga, pratiqué sur une base régulière, permet d’apprendre à être plus respectueux et plus à l’écoute des signaux d’alarmes que nous envoit notre corps.

Finalement, il est bon de se rappeler que le yoga, tout comme la course à pied, se doit d’être pratiqué en laissant de côté tout jugement et toute compétition envers nous-même, au profit du plaisir, et de garder à l’esprit les raisons premières qui nous ont poussés à débuter la course.

Si vous êtes intéressé à en savoir plus sur le Yoga du coureur, je vous invite à consulter l’horaire complet des prochains Ateliers spécifiques ainsi que la liste des cours que j’offrirai dans les prochains mois

 http://yogaducoureur.com

Facebook de Yoga du coureur au https://www.facebook.com/yogaducoureur

 

Marie-Claude_Santerre-Noiretblanc

Commentaires