Je suis belle, je suis bonne, JE SUIS CAPABLE !

triathlon avec Elie

Quand on m’a proposé de faire un triathlon, je me suis dit : why not ma peanut, lets go!

Première chose qu’on me dit : c’est le 16 juillet… ouin… OK je peux le faire, ça me donne 3 semaines. J’ai appris les distances. Bon… avec un bel horaire d’entrainement et beaucoup de détermination, je peux y arriver. Je me suis retrouvé devant le site internet en tenant ma carte de crédit. J’ai payé. Il est trop tard. Mais dans quoi me suis-je embarquée?

Je me répète cette phrase chaque matin : mais dans quoi me suis-je embarquée? Je ne vais pas mentir j’ai peur. VRAIMENT PEUR. J’ai peur de ne pas réussir, j’ai peur d’être mauvaise, j’ai peur de faire rire de moi. Il y en a des choses qui se passent dans ma tête depuis le début. J’ai énormément de courage et de détermination dans la vie. Une chose que je n’ai pas c’est la confiance en moi.

IMG_0195

Lorsque j’ai rencontré Karine pour mon entrainement avec elle à St-Lambert, je n’ai presque pas mangé de la journée. Je suis arrivée devant elle et je me suis mise à pleurer. Le stress m’a envahie depuis le début de cette aventure, j’en ai de la difficulté à manger. Et puis, Karine m’a parlé. Cette femme est un ange descendu du ciel. Elle m’a beaucoup rassuré et je me suis entrainé. Elle m’a complimenté sur ma technique de nage et de course. C’est le genre de compliments que je n’ai pas beaucoup reçu par le passé et elle a réussi à mettre un peu de chaleur en dedans de moi. Elle croit en moi et ça, je dois dire que c’est la plus belle sensation du monde. Surtout lorsque moi-même, je ne crois pas en moi.

Elle m’a prêté un tri « suits ». C’est une sorte de maillot de bain/une pièce pour accomplir mon triathlon. J’étais là dans ma cabine… C’EST MOULANT. JE N’AIME PAS ÇA. Je dois réellement travailler sur ma confiance. Autant la confiance de mon apparence que la confiance de mes capacités.

Pour les entrainements de piscine, je dois y aller entre 6 h et 7 h 15 le matin. Ce n’est réellement pas évident. Même chose pour la course, j’y vais le matin vers 7 h. J’essaie de me forcer à sortir du lit. Je ne vais pas mentir, je manque d’énergie. Cet hiver, j’ai eu une mononucléose et je trouve ça très long retrouver mon énergie d’avant. Je persévère et j’essaie de garde en tête que je vais réussir.

Je suis belle, je suis bonne, je suis capable et je vais y arriver un jour à la fois!

Suivez-moi sur Facebook : je suis Elie 

Par Elie

Commentaires