Bravo, Élie ! Tu es officiellement devenue une triathlète !

_SLY2384

_SLY2382

Nous sommes le matin du 16 juillet et Élie arrive sur le site du triathlon de Saint-Lambert, où elle complétera son tout premier triathlon de distance « découverte », soit 300 mètres de nage, 10.5 kilomètres de vélo et 2.5 kilomètres de course.

Je me rappelle encore notre première rencontre préparatoire, qui avait eu lieu quelques semaines auparavant. Élie était si nerveuse et terrifiée qu’elle se demandait pour quelle raison elle s’était inscrite à ce triathlon ! Donc, en ce matin du 16 juillet où j’étais capitaine, responsable de la zone de transition, j’étais dans le feu de l’action depuis 5 heures le matin.

Lorsqu’arrive le tour d’Élie, le temps semble se soulever, puis s’arrêter enfin. Elle a peur, très peur même. Elle place son vélo dans la zone de transition avec tout son matériel. Au fond, Élie est une fille brillante; je n’ai pas eu à faire beaucoup de choses pour elle, je les ai davantage faites avec elle, puisqu’elle savait très bien comment s’organiser.

Elle arrive donc accompagnée de son copain, qui semble l’aimer d’un amour profond et sincère. Il a littéralement des étoiles dans les yeux lorsqu’il voit tout le courage de sa tendre moitié, qui s’apprête à quitter sa zone de confort pour accomplir l’impossible.

Élie est prête. Elle est dans la piscine, puis le départ est donné. Si elle nage péniblement, clairement, elle se bat pour y arriver. Dans la vie, il faut parfois avoir le courage de se battre pour atteindre ses objectifs et c’est précisément ce qu’Élie apprend à faire actuellement.

Elle termine la nage avec succès. Une partie de complétée et, en plus, elle n’est pas la dernière ! Comme Élie est accompagnée de son copain et de sa famille, je les laisse vivre cet évènement ensemble, dans leur intimité. D’ailleurs, sa famille s’est réunie près de la rue afin de la voir exécuter la partie « vélo » de son triathlon.

J’ai ensuite revu Élie lors de sa partie « course ». Il faisait alors très chaud, le soleil était à son zénith et Élie avant de belles couleurs rouges écarlates au visage !

Puis, à son arrivée à la fin, j’étais là pour l’accueillir, avec toute sa famille. En pleurs et en douleurs, elle était si fière de ce qu’elle venait d’accomplir !

Moi, Karine Desormeaux, qui ai complété beaucoup de triathlons dans ma vie, j’ai eu mon lot d’émotions en la voyant réussir son défi, tout comme les quelques 700 autres triathlètes et duathlètes.

Bravo, Élie ! Tu es officiellement devenue une triathlète ! Et, crois-en mon expérience, je ne crois pas qu’il s’agira de ton dernier !

Par Karine Desormeaux

Commentaires